Accueil > Fiches > Fiche “Evolution de la construction de locaux non résidentiels entre 2000 et 2012 sur le littoral métropolitain“

Evolution de la construction de locaux non résidentiels entre 2000 et 2012 sur le littoral métropolitain

A retenir

Le niveau de construction de locaux non résidentiels est assez élevé sur le littoral métropolitain. Les communes littorales totalisent 7,6 % des surfaces de locaux construits entre 2000 et 2012 sur seulement 4 % du territoire. Il est tout de même plus faible que le niveau de construction de logements. La construction des locaux non résidentiels représente ainsi 37 % des surfaces totales construites dans les communes littorales de 2000 à 2012. On construit un mètre-carré de locaux pour deux mètres-carrés de logements.

L’évolution de la construction des locaux dans les communes littorales et dans leur arrière-pays suit la tendance métropolitaine. Elle est liée à la conjoncture économique pour certains types de locaux (bâtiments industriels) ou en est décorellée pour d’autres (bureaux).

Les types de locaux construits reflètent l’importance de la sphère d’économie présentielle en bord de mer. La part des bureaux, commerces et services publics est importante alors que celle des constructions à vocations industrielle ou agricole est plus faible que la moyenne. Les communes littorales de Bretagne et de Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent, à elles seules, plus de la moitié des surfaces construites en locaux non résidentiels dans les communes littorales métropolitaines.

L’arrière-pays est, quant à lui, caractérisé par un niveau de construction assez important de locaux à vocation agricole, les locaux liés aux services sont peu importants et se concentrent en bord de mer.