Accueil > Fiches > Fiche “Occupation du sol dans les communes littorales métropolitaines en 2012 et évolution depuis 2006“

Occupation du sol dans les communes littorales métropolitaines en 2012 et évolution depuis 2006

A retenir

Les territoires artificialisés occupent près de 15 % du périmètre des communes littorales. C’est nettement plus que la moyenne métropolitaine. Ils sont nombreux sur les rivages du Nord - Pas-de-Calais, de Haute-Normandie, des Pays de la Loire et de Paca. A contrario, les terres agricoles, surtout les terres arables et les prairies, sont nettement sous-représentées dans les communes littorales par rapport à la moyenne métropolitaine. On note une forte différence Nord - Sud. Les terres agricoles sont plus importantes sur les littoraux au nord de la Gironde et nettement moins en Sud Atlantique et en Méditerranée. Les forêts et espaces semi-naturels couvrent plus du tiers du territoire des communes littorales. C’est proche de la moyenne métropolitaine. Les espaces semi-naturels sont très importants en bord de mer contrairement aux forêts. Enfin, la part dans l’occupation du sol des zones humides et surfaces en eau est importante en bord de mer. Elles sont nombreuses dans le Languedoc, les Bouches-du-Rhône, la Somme et la Charente-Maritime.

De 2006 à 2012, l’artificialisation du territoire a progressé deux fois plus vite dans les communes littorales que sur l’ensemble du territoire métropolitain. C’était déjà le cas entre 2000 et 2006. 7 000 ha ont été artificialisés au détriment de terres agricoles, plutôt en Manche Est - mer du Nord, Nord Atlantique - Manche Ouest et dans les Bouches-du-Rhône, et de forêts et espaces semi-naturels, surtout en Sud Atlantique et sur le pourtour méditerranéen.