Accueil > Fiches > Fiche “Espaces protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales en France métropolitaine en 2015“

Espaces protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales en France métropolitaine en 2015

A retenir

Excepté pour les parcs nationaux et les arrêtés de protection de biotope, la part protégée du territoire des communes littorales est supérieure à la moyenne métropolitaine pour de nombreux types d’espaces protégés. Elle est 2,5 fois plus forte pour les Sic et ZSC, 1,9 fois pour les ZPS et 4,3 fois pour les réserves naturelles. Ces hauts niveaux de protections répondent à la très forte pression anthropique exercée sur le littoral mais aussi à la grande richesse écologique du bord de mer.

Les espaces protégés présents sur le territoire des communes littorales représentent une part importante des espaces protégés en métropole. Sur un peu plus de 4 % du territoire, se concentrent 17 % des surfaces de réserves naturelles nationales, ainsi qu’une part importante des sites Natura 2000 : 10 % des sites d’intérêt communautaire et zones spéciales de conservation (Sic/ZSC) et près de 8 % des zones de protection spéciale (ZPS).

Plus de neuf communes littorales sur dix sont concernées par au moins l’une des protection étudiées. Près des trois quarts ont au moins deux types d’espaces protégés sur leur territoire contre seulement 17 % en métropole.

Dans le détail :
  • 17 % des surfaces des réserves naturelles nationales sont situées dans au moins une commune littorale, les plus vastes étant dans les Bouches-du-Rhône : Camargue et coussouls de Crau ;
  • Les sites du Conservatoire du littoral représentent près de 15 % de la surface des communes littoralesdes Bouches-du-Rhône, plus de 8 % de celles du Pas-de-Calais, et plus de 7 % dans l’Hérault et l’Aude ;
  • Les ZPS couvrent 342 000 ha dans les communes littorales et la surface des Sic et ZSC est de 486 000 ha. Leur répartition est très hétérogène. Elle dépend de la distribution des milieux naturels sur les côtes mais aussi des politiques régionales de désignation des sites.