Accueil > Fiches > Fiche “Évolution de la Surface Agricole Utilisée des exploitations agricoles des communes littorales et de leur arrière-pays de 1970 à 2010“

Évolution de la Surface Agricole Utilisée des exploitations agricoles des communes littorales et de leur arrière-pays de 1970 à 2010

A retenir

La régression de la surface agricole utilisée (SAU) est très forte sur le littoral. Les exploitations, dont le siège est situé dans une commune littorale, ont perdu 25 % de leur SAU de 1970 à 2010, soit plus de 200 000 ha. La régression de la SAU dans l’arrière-pays est de 12 % et celle de la métropole de près de 10 % sur la même période. Le littoral a donc une spécificité très forte pour cet indicateur. La perte annuelle de SAU des exploitations des communes littorales a tendance à décélérer depuis 1970. Elle était de près de 1 % dans les années 70, de 0,4 % dans les années 90 et de près de 0,5 % dans les années
2000. La situation s’inverse dans l’arrière-pays où la disparition de la SAU s’accélère. Cette différence entre littoral et arrière-pays s’explique par l’étalement des constructions en retrait du bord de mer, où les tensions foncières sont moins exacerbées.

De 1970 à 2010, les littoraux d’Aquitaine et de Corse se distinguent avec une assez faible régression de leur SAU. Partout ailleurs, elle est forte à très forte. En valeur relative, les plus forts niveaux sont constatés sur les littoraux de Paca et du Languedoc-Roussillon. En valeur absolue, la plus forte régression de la SAU concerne le littoral breton avec plus de 80 000 ha, soit près de 40 % de l’ensemble des terres agricoles perdues par les exploitations des communes littorales.

Il existe une corrélation assez nette entre les niveaux de perte de SAU des exploitations ayant leur siège dans une commune littorale et la construction de logements de la frontière belge au nord de l’estuaire de la Gironde. Sur l’essentiel de la façade méditerranéenne et ponctuellement en Aquitaine, l’évolution de la SAU littorale et la construction de logements ne sont pas corrélées. La construction s’y fait essentiellement au détriment des milieux naturels. On constate, par ailleurs, des abandons de terres agricoles en Méditerranée.