0

Accueil > Articles > Tous les articles > Bilan de la tempête de décembre 1999 : Rôle et devenir des zones humides littorales face aux risques naturels

Bilan de la tempête de décembre 1999 : Rôle et devenir des zones humides littorales face aux risques naturels

Risques et changement climatique, Les risques, Le changement climatique

Rédacteur : Gilbert Miossec, Forum des marais atlantiques

Les zones humides côtières jouent un rôle crucial dans de nombreuses régions littorales où elles protègent la terre contre les assauts de la mer, les tempêtes et autres phénomènes climatiques ; elles atténuent l'action du vent, des vagues et des courants et la végétation côtière qui s'y développe contribue à maintenir les sédiments en place. Les connaissances relatives à l'impact des phénomènes atmosphériques sur les zones humides sont insuffisantes ; que dire alors des effets augurés des changements climatiques sur ces territoires, sur leur capacité d'adaptation et de résilience et sur les moyens dont elles disposent pour atténuer les conséquences de ces changements climatiques et leurs suites naturelles (tempêtes, inondations, etc.) ?

Il faut savoir que près d'un tiers du littoral national est soumis à des phénomènes naturels tels que le recul du trait de côte, les submersions marines et les avancées dunaires. Les risques d'inondation concernent, en partie ou en totalité, presque le tiers des communes françaises et représentent environ 80% du coût des dommages imputables aux catastrophes naturelles. Face à ces risques, les pouvoirs publics ont mis en place des outils de prévention susceptibles d'apporter des solutions efficaces et durables. Les Plans de Préventions des Risques naturels prévisibles (PPR), institués par la loi du 2 février 1995, constituent un instrument approprié à la variété des phénomènes en question. Les tempêtes qui ont marqué la France à la fin de l'année 1999 ont eu un effet accélérateur dans l'approbation des PPR, dont 70% se rapportent au risque inondation.

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont multiplié les efforts concernant la connaissance de ces risques, ce qui s'est traduit par :
• la réalisation d'atlas départementaux des zones inondables,
• la réalisation de nombreuses études hydrauliques,
• la mise en place de systèmes d'informations géographiques (SIG), outils d'aide au suivi et à la programmation des travaux de protection et de lutte, o la création d'observatoires visant à mettre à la disposition des élus et des aménageurs une expertise opérationnelle et objective de l'évolution prévisible et/ou en cours du littoral.

A l'occasion d'une réunion thématique organisée par le Forum des Marais, certains élus de communes littorales présents ont fait part de leur désir de revenir sur la tempête de décembre 1999 et de faire un bilan des actions entreprises depuis.

Cette demande a été prise en considération et a fait l'objet d'un audit auprès des acteurs des zones humides littorales, des collectivités locales et des administrations dans le but de faire valoir les pratiques et les procédures qu'ils mettent en œuvre pour la gestion de ces risques naturels. La finalité de cette étude était de répondre à la problématique suivante : "Quels est le rôle et l'intérêt des zones humides atlantiques face aux risques naturels ?"

Ce questionnement a été le sujet d'un stage réalisé par Stéphanie MERCIER, étudiante en DESS " Activités et Aménagements Littoraux et Maritimes " de l'Université de Montpellier, et à constitué le thème d'une table ronde lors du Conseil des Marais des 4 et 5 octobre 2004. Un débat conclusif à cette table ronde a permis aux différents intervenants et participants d'exposer leurs points de vue sur la façon dont la collectivité prend en compte le risque naturel dans la gestion et l'entretien de ces zones humides.

Un document de synthèse a été réalisé. Il reprend les conclusions de l'audit et les divers témoignages émis lors du Conseil des Marais.