0

Accueil > Articles > Tous les articles > Catalogue régional des mesures de gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire – type lagunes littorales

Catalogue régional des mesures de gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire – type lagunes littorales

Outils de gestion, de protection de la nature, d’aménagement et d’urbanisme , Etat du milieu marin et littoral, Etat biologique

Rédacteur : Marie Romani, Pôle Relais Lagunes méditerranéennes

Les lagunes méditerranéennes

Les lagunes méditerranéennes sont des plans d'eau littoraux, généralement de faible profondeur, séparés de la mer par un cordon littoral appelé lido. D'un point de vue hydrologique, la communication avec le milieu marin est réalisée par un grau. Le caractère temporaire ou permanent de ces échanges avec la mer confère aux eaux lagunaires un caractère saumâtre.

Comprises entre terre et mer, les lagunes entretiennent tout naturellement des relations étroites avec les zones humides qui les entourent (marais, prés salés, roselières, etc.) et reçoivent de nombreux apports du bassin versant.

 

Représentation schématique des lagunes méditerranéennes
Représentation schématique des lagunes méditerranéennes

En France métropolitaine, les complexes lagunaires sont uniquement présents en Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d’Azur et Corse sur 8 départements : Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Var, Corse du Sud et Haute Corse. 

Les complexes lagunaires (lagunes et zones humides périphériques) couvrent 130 000 ha en France, dont 45 % en Languedoc-Roussillon, 52 % en PACA et 3 % en Corse. Les complexes lagunaires du Languedoc-Roussillon se répartissent sur l’ensemble des 4 départements littoraux, couvrant 2,7% de leur superficie.

Les principaux complexes lagunaires du Languedoc-Roussillon
Les principaux complexes lagunaires du Languedoc-Roussillon

La richesse écologique et économique des lagunes

Les lagunes, leurs lidos et leurs zones humides périphériques sont des milieux exceptionnellement riches. 17 % des zones humides françaises d’importance internationale (convention de Ramsar) sont des lagunes méditerranéennes (exemples régionaux : Petite Camargue et Etangs de la Narbonnaise). Elles abritent, entre autres :
• 74 habitats naturels, dont 60% sont des habitats d’intérêt communautaire et 9,5% des habitats d’intérêt communautaire prioritaires ;
• 232 espèces d’oiseaux, soit plus de 70% des espèces d’oiseaux de France, et plus de 80% des effectifs nationaux de certaines espèces d’oiseaux de l’Annexe I de la Directive Oiseaux (Flamant rose, Sterne hansel, Mouette mélanocéphale, Goéland railleur, etc.)
• plus de 40% des espèces d’amphibiens français. 

Actuellement (2007), près de 70 000 ha sont en Zone de Protection Spéciale (ZPS, 10 sites) et 76 500 ha sont en Site d’Intérêt Communautaire (SIC, 12 sites).

Les lagunes, comme les zones humides en général, jouent un rôle fondamental dans l’organisation et le fonctionnement du territoire. Leur richesse et leur localisation à proximité de la mer en ont fait des points stratégiques pour le développement des activités humaines. 
Les lagunes sont ainsi le support d’activités économiques :
• tourisme et loisirs : activités nautiques, sports de plein air, balades, chasse, naturalisme ;
• activités halieutiques : conchyliculture, pêche.
Les complexes lagunaires assurent de plus deux fonctions essentielles :
• amélioration de la qualité des eaux (épuration des nutriments, des bactéries et des toxiques) ;
• atténuation des crues.