0

Accueil > Articles > Tous les articles > La construction dans les communes littorales suivant les zonages des documents d'urbanisme

La construction dans les communes littorales suivant les zonages des documents d'urbanisme

Démographie, occupation du sol et logement en zone côtière , Outils de gestion, de protection de la nature, d’aménagement et d’urbanisme

Rédacteur : Sébastien Colas, SOeS

Contexte

Une part importante des communes métropolitaines disposent de documents d'urbanisme, les Plans d'Occupation des Sols étant devenus des Plan locaux d'Urbanisme depuis la Loi SRU de 2000. Les petites communes, où la pression foncière est faible, disposent pour la plupart uniquement de cartes communales.

Ces documents permettent de planifier l'urbanisation à venir à partir de zonages réglementant les constructions sur le territoire.


La base de données du ministère en charge de l'Equipement portant sur les constructions neuves (base SITADEL), en l'occurrence les mises en chantier, permet de savoir sur quels types de zonages les logements sont construits.

Répartition des surfaces SHON construites par types de zonages en France et sur le littoral

Le littoral métropolitain se caractérise par un nombre important de communes de population moyenne à importante. La part des communes de moins de 500 habitants est trois fois moins importante sur le trait de côte que la moyenne nationale (18% contre 58%). A l'inverse, dès que les communes ont plus de 1 000 habitants, leur représentation est plus forte sur le littoral que sur l'ensemble du territoire. Ainsi, la part des communes de 1 000 à 2 500 hab. est 2 fois plus importante sur le littoral, celle des communes de 2 500 à 10 000 hab. 3,7 fois, celle des communes de 10 000 à 50 000 hab. 4,3 fois et enfin celle des communes de 50 000 à 100 000 hab. 7,5 fois (voir fiche indicateur correspondante). Comme le montre la figure 1, cela se traduit par une part importante des surfaces construites en zone U, environ 60% de l'ensemble des surfaces de logements construits contre un peu plus de 50% à l'échelle nationale.

La part des surfaces SHON (surface hors oeuvre nette - voir glossaire) construites en zone NA est un peu plus forte dans les communes littorales que la moyenne métropolitaine. A l'inverse, la part des surfaces construites hors zone POS ou sur un territoire sans POS est assez faible dans les communes littorales.

L'arrière-pays littoral est quant à lui plutôt rural, la part des surfaces construites en zone NA est donc assez importante. En parallèle, des premiers travaux de l'Observatoire ont montré une augmentation très importante de la construction dans ces communes du fait du prix élevé et de la raréfaction des terrains en bord de mer. On pourrait donc assister à un mitage important de ces territoires.

Figure 1 : Part des surfaces SHON de logements construits suivant les différents zonages POS en 2005
Figure 1 : Part des surfaces SHON de logements construits suivant les différents zonages POS en 2005

Source : base de données SITADEL 2005, Observatoire du littoral.
• Communes littorales : 883 communes maritimes au sens de la loi "Littoral"
• Arrière-pays littoral : ensemble des communes non littorales des pseudo-cantons littoraux. Un pseudo-canton littoral est un pseudo-canton ayant au moins une commune littorale maritime au sens de la loi littoral.

Vers le haut

Densité des surfaces SHON construites par types de zonages en France et sur le littoral

Comme l'ont montré les fiches indicateurs de l'Observatoire (voir fiches thématiques "constructions"), la construction est 2,5 fois plus forte dans les communes littorales que la moyenne métropolitaine.

Figure 2 : surfaces construites en logements en 2005 en m² par km² suivant les zonages POS
Figure 2 : surfaces construites en logements en 2005 en m² par km² suivant les zonages POS

Source : base de données SITADEL 2005, Observatoire du littoral.

La figure 2 montre très bien cette forte densité de construction dans les communes littorales. Elle est surtout importante dans les zones U et les zones NA. Concernant les zones U, cela correspond à une densification du tissu urbain. Par contre, pour les zones NA, cela correspond très généralement à un mitage des territoires péri-urbains. Ces constructions plutôt de maisons individuelles peuvent avoir des impacts environnementaux importants : problèmes de transport, difficulté du maintien de l'agriculture et de la biodiversité, banalisation des territoires…