0

Accueil > Articles > Tous les articles > Occupation du sol lissée : les spécificités littorales

Occupation du sol lissée : les spécificités littorales

Démographie, occupation du sol et logement en zone côtière , Etat du milieu marin et littoral, Etat biologique

Rédacteur : Sébastien Colas, SOeS

Contexte

Comme plusieurs fiches indicateurs de l'Observatoire l'ont montré, l'occupation du sol en bord de mer est souvent spécifique. Les territoires artificialisés et les milieux naturels ouverts sont généralement plus nombreux alors que les terres agricoles et les forêts sont moins présentes.

Des techniques géostatistiques telles que le lissage permettent de rendre compte visuellement et simplement des grands types d'occupation du sol. Elles sont complémentaires aux études statistiques qui donnent une vision chiffrée et plus fine des phénomènes.

Une part importante de territoires artificialisés sur le littoral

D'après la figure n°1, la part des territoires artificialisés* est très forte sur le littoral. Elle est par ailleurs assez souvent spécifique et en rupture avec l'arrière-pays. C'est le cas sur le littoral de la Seine-Maritime jusqu'à l'est du Calvados, dans le nord et l'ouest du Cotentin, de la Bretagne à la Vendée, dans le sud de l'Aquitaine et sur la majeure partie des côtes méditerranéennes, en dehors de la Corse où la pression de l'artificialisation est faible sur le littoral.

* territoires artificialisés : zones urbaines et industrielles, voies de communication, décharges, chantiers et espaces verts.

Figure 1 : poids des terres artificialisées
Figure 1 : poids des terres artificialisées

Note : la part des territoires artificialisés est mesurée après un lissage avec un rayon de 20 km dans des cellules hexagonales de 10,39 km².
Source : UE-Ifen, CORINE Land Cover 2000 - Observatoire du littoral.

Assez peu de terres arables sur les côtes

Comme le montre la figure n°2, la spécificité littorale est peu marquée et il y a rarement de rupture nette entre le littoral et l'arrière-pays concernant cet indicateur excepté sur les côtes allant du Finistère à la Loire Atlantique où les grandes cultures sont souvent moins importantes sur le littoral que dans l'arrière-pays.

Figure 2 : poids des terres arables
Figure 2 : poids des terres arables

Note : la part des territoires artificialisés est mesurée après un lissage avec un rayon de 20 km dans des cellules hexagonales de 10,39 km².
Source : UE-Ifen, CORINE Land Cover 2000 - Observatoire du littoral.

Une répartition des prairies très inégale sur le littoral

La répartition des prairies est hétérogène sur le littoral. Elles sont importantes sur le littoral bas-normand en continuité avec le bocage normand, sur la Côte d'Opale et dans les secteurs de marais atlantiques (Baie de Bourgneuf, Marais poitevin, Marais de Brouage).

Figure 3: poids des prairies
Figure 3: poids des prairies

Note : la part des territoires artificialisés est mesurée après un lissage avec un rayon de 20 km dans des cellules hexagonales de 10,39 km².
Source : UE-Ifen, CORINE Land Cover 2000 - Observatoire du littoral.