0

Accueil > Articles > Tous les articles > Occupation du sol sur le littoral des Dom

Occupation du sol sur le littoral des Dom

Démographie, occupation du sol et logement en zone côtière

Rédacteur : Sébastien Colas, SOeS

Les 4 départements d’outre-mer (Dom) regroupent 92 communes littorales au sens de la loi Littoral : 33 en Martinique, 25 en Guadeloupe (1), 15 en Guyane et 19 sur l’île de la Réunion. Comme le montre la figure 1, la quasi-totalité du territoire de Guadeloupe et de Martinique est dans une commune littorale.

(1) Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont récemment changé de statut. Ils ne font plus parti de la Guadeloupe et ont adopté le statut de collectivité d’outre-mer depuis la promulgation de la loi organique de février 2007. Cependant, les données démographiques utilisées sont de 1999. Ces deux collectivités figurent dans les traitements démographiques présentés dans cet article.

Les communes littorales des départements d’outre-mer. Source : Géofla 1999.

Une pression humaine très forte dans les communes littorales

En 1999, la population des communes littorales des Dom approche 1,5 million d’habitants. La densité de population est forte sur le littoral de Martinique, de Guadeloupe et de l’île de la Réunion, soit environ 300 hab./km². Elle est le reflet d’une densité de population élevée sur l’ensemble du territoire de ces 3 îles, amplifiée en bord de mer. Elle est supérieure à la moyenne littorale métropolitaine estimée à 270 hab./km². À l’inverse, la densité est très faible sur le littoral de Guyane : 3,5 hab./km².

L’essentiel de la population des Dom se concentre en bord de mer. Ceci s’explique par le relief accidenté à l’intérieur des terres sur l’île de la Réunion (piton des Neiges – 3 069 m et piton de la Fournaise – 2  631 m), sur Basse-Terre (massif de la Soufrière – 1 467 m), en Martinique (montagne Pelée – 1 397 m) ou par la forte densité de la forêt humide et l’absence d’axes de communication en Guyane.

Par ailleurs, la population des Dom a fortement augmenté durant la dernière période intercensitaire (1990 à 1999). Ceci est principalement dû aux soldes naturels très excédentaires dans ces territoires. La densité de population a augmenté de 21 hab./km² dans les communes littorales des Antilles et de 47 hab./km² à la Réunion.

La pression humaine est donc très forte et s’accroît sur un territoire restreint, d’une haute valeur patrimoniale.

Une richesse biologique littorale remarquable

Les littoraux des Dom disposent d’une très grande richesse biologique :

  • La Guyane se caractérise par l’alternance de mangroves, forêts marécageuses, marais et forêts de palmiers sur de très vastes surfaces.
  • En Guadeloupe, on trouve des mangroves (Grand-Cul-de-Sac-Marin), de très nombreux secteurs d’herbiers marins à phanérogames et des massifs coralliens en mer côtière.
  • En Martinique, alternent forêts xérophiles, mangroves, récifs et herbiers.
  • La Réunion, avec Rodrigues et l’île Maurice (archipel des Mascareignes), figure parmi les 5 « hot spots » où la biodiversité marine est la plus menacée. L’île dispose d’une grande biodiversité avec, par exemple, 188 plantes vasculaires endémiques. Sur le littoral, alternent savanes, forêts humides et massifs coralliens à l’ouest de l’île.
© V. Guéret : Sainte-Anne, Guadeloupe