0

Accueil > Articles > Tous les articles > Prix de l'immobilier : le cas des appartements anciens et des terrains à bâtir

Prix de l'immobilier : le cas des appartements anciens et des terrains à bâtir

Démographie, occupation du sol et logement en zone côtière

Rédacteur : Sébastien Colas, SOeS

Le cas des appartements anciens

Comme le montre la figure 1, le prix des appartements anciens (€ / m²) est variable sur le littoral métropolitain. Le prix le plus bas concerne l’arrondissement de Morlaix (1 100 € / m²) et le plus haut l’arrondissement de Grasse, sur la Côte d’Azur (4 180 € / m²).

En dehors des secteurs touristiques de la Côte d’Albâtre, de Deauville et de Saint-Malo, le prix est inférieur à la moyenne métropolitaine hors Ile-de-France (estimée à 2 360 €/m²) sur la façade Manche-mer du Nord.

La situation est différente sur la façade atlantique et sur le pourtour méditerranéen. De nombreux arrondissements ont des prix de l’immobilier élevés à très élevés du golfe du Morbihan à l’estuaire de Gironde, sur le sud de la façade Aquitaine, sur le littoral perpignanais et montpelliérain ainsi que sur le littoral de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Dans de nombreux secteurs littoraux, l’immobilier ancien est difficile d’accès pour les primo-accédants et les classes populaires et moyennes.

Figure 1 : prix des appartements anciens dans les arrondissements des départements littoraux en 2007
Figure 1 : prix des appartements anciens dans les arrondissements des départements littoraux en 2007

Source : Immoprix 2007 - Observatoire du littoral

Comme le montre la figure 2, le prix des terrains à bâtir est élevé à très élevé sur le littoral du Languedoc-Roussillon et de Paca ainsi que sur les littoraux touristiques de la Côte d’Albâtre, de Deauville, de Saint-Malo, du golfe du Morbihan, du littoral de Loire-Atlantique, du secteur de la Rochelle, du littoral aquitain et du sud de la Corse.

Il existe de nombreuses similitudes entre le marché des appartements anciens et le marché des terrains à bâtir. Des différences sont tout de même constatées.

Tout d’abord, comme le révèle l’analyse de la répartition des données pour les deux indicateurs, la valeur du prix des terrains à bâtir est beaucoup plus éclatée que celle du prix des appartements anciens. Les rapports inter-déciles de ces variables sont respectivement de 4,7 et 2,3.

Dans de très nombreux secteurs littoraux, la pression foncière semble plus importante pour les terrains à bâtir que pour les appartements anciens. Ceci est certainement la conséquence de la raréfaction des terrains à bâtir.

Ce constat est vérifié pour l’ensemble des arrondissements du pourtour méditerranéen en opposition aux deux autres façades maritimes où on ne note pas de nette différence entre le niveau des marchés des appartements anciens et des terrains à bâtir (voir figure 3).

Figure 2 : prix des terrains à bâtir dans les arrondissements des départements littoraux en 2007
Figure 2 : prix des terrains à bâtir dans les arrondissements des départements littoraux en 2007
Figure 3 : comparaison des prix des appartements anciens et des terrains à bâtir par arrondissement dans les départements littoraux
Figure 3 : comparaison des prix des appartements anciens et des terrains à bâtir par arrondissement dans les départements littoraux

Source : Immoprix 2007 - Observatoire du littoral. 

Figurent sur ce graphique les différents arrondissements des départements littoraux avec leur code identifiant (n° de département + n° d’arrondissement). En abscisse, est représenté le ratio pour les terrains à bâtir, en ordonnée, le ratio pour les appartements anciens.

Chaque ratio correspond à : valeur de l'immobilier (terrain ou appartement) / valeur moyenne en métropole hors Ile-de-France