Accueil > Fiches > Fiche “Occupation du sol suivant la distance à la mer en 2012 et évolution depuis 2006“

Occupation du sol suivant la distance à la mer en 2012 et évolution depuis 2006

A retenir

L’occupation du sol du littoral est très spécifique jusqu’à 2 000 m des côtes. Cette particularité s’estompe en s’éloignant de la mer. Le taux d’artificialisation est très fort à moins de 500 m de la mer. Il y est 5 fois supérieur à la moyenne métropolitaine. Les espaces semi-naturels (plages, dunes, rochers, landes et maquis), les zones humides et les surfaces en eau y représentent aussi une part très importante de l’occupation du sol alors que les terres agricoles et les espaces forestiers sont peu représentés.

A moins de 500 m de la côte, l’occupation du sol est très variable suivant les façades littorales. Les côtes du département du Nord, de Loire-Atlantique, des Pyrénées-Atlantiques et des Alpes-Maritimes sont très artificialisées. Les terres agricoles sont assez importantes au nord de l’estuaire de la Gironde et les forêts et espaces semi-naturels au sud.

De 2006 à 2012, plus de 10 000 ha ont été artificialisés sur le littoral métropolitain situé à moins de 10 km de la mer, soit 0,3 % du territoire. Ce rythme est deux fois plus important que la moyenne métropolitaine. L’arc Atlantique est le secteur où la part des territoires nouvellement artificialisés a été la plus forte durant cette période : 0,35 % des terres à moins de 10 km de la mer ont été concernées. Ce taux est plus faible en Manche Est - mer du Nord et sur le pourtour méditerranéen.