Accueil > Fiches > Fiche “Occupation du sol suivant la distance à la mer en 2012 et évolution depuis 2006“

Occupation du sol suivant la distance à la mer en 2012 et évolution depuis 2006


Service de l'Observation et des Statistiques, 04/07/2017

Sous-thème :

Sous-thème non précisé

Zone(s) géographique(s) : Métropole
DPSIR : Pressions
Couverture temporelle :

Couverture temporelle non précisé


C

ontexte


Le littoral est un territoire restreint. La surface cumulée des 885 communes littorales maritimes ne représentent que 4 % du territoire métropolitain. Pourtant, plus de 6 millions de personnes y résident en permanence et plus de 7 millions de lits y sont disponibles pour l’accueil touristique. La pression de l’artificialisation sur ce territoire (construction de logements, aggrandissement des zones industrielles et portuaires, création de zones de loisirs…) est forte et l’équilibre entre les différentes occupations du sol est parfois difficile.

Il est donc important de disposer d’outils pour connaître l’évolution de l’occupation du territoire afin de comprendre les phénomènes en cours et anticiper ceux à venir.

 

D

éfinition


Les deux indicateurs pris en compte sont l’occupation du sol sur le littoral en fonction de la distance à la mer en 2012 et son évolution depuis 2006. Ils sont calculés avec CORINE Land Cover (CLC), base de données géographiques présentant l’inventaire de l’occupation du sol en 44 postes regroupés en 5 grands types : territoires artificialisés, terres agricoles, forêts et milieux semi-naturels, zones humides, surfaces en eau.

L’analyse porte sur le territoire littoral situé à moins de 10 km de la mer. Celui-ci a été découpé en bandes successives : de 0 à 500 m de la mer, de 500 à 1 000 m, de 1 000 à 2 000 m, de 2 000 à 5 000 et de 5 000 à 10 000 m.

Cet indicateur permet de s’affranchir des différences de taille des communes littorales, leur superficie allant de 0,6 km² pour l’Île de Sein à près de 760 km² pour Arles. Il est complémentaire à l’indicateur portant sur l’occupation du sol des communes littorales.

La base CLC, définie à l’échelle du 100 000ème, ne prend en compte que les entités ayant une surface supérieure à 25 ha et les changements d’occupation du sol supérieurs à 5 ha. Son utilisation donne donc les grands traits des changements affectant le littoral, elle ne permet toutefois pas, par exemple, d’analyser le mitage du territoire rural ou périurbain.

 

O

bjectifs


L’objectif de cette fiche est de connaître l’occupation du sol et son évolution dans les communes littorales. Comment le territoire a-t-il évolué ? A-t-on de fortes différences entre façades ? Le littoral a-t-il évolué de manière spécifique en comparaison à l’évolution générale observée en métropole ? Les milieux naturels et les terres agricoles se maintiennent-ils ou régressent-ils fortement au détriment de l’urbanisation ? La réponse à toutes ces questions est essentielle pour comprendre les changements affectant le littoral et de les relier à d’autres informations (données sur la construction, le tourisme ou l’agriculture) afin d’anticiper les  évolutions à venir.