Accueil > Fiches > Fiche “RĂ©partition des habitats naturels cĂ´tiers d’intĂ©rĂŞt communautaire“

Répartition des habitats naturels côtiers d’intérêt communautaire


Service de l'Observation et des Statistiques, 16/04/2012

Sous-thème : État biologique du milieu marin et littoral
Zone(s) géographique(s) : MĂ©tropole
DPSIR : Etat
Couverture temporelle : 2004


C

ontexte


Comme toutes les frontières, franges et interfaces entre deux types de milieux (écotone), le littoral est un territoire écologiquement très riche. Près de 45% des terres à moins de 500 m de la mer sont des espaces naturels terrestres et aquatiques. De très nombreux habitats naturels se développent spécifiquement ou prioritairement en bord de mer : les groupements végétaux des dunes et des zones humides associées, les pelouses des corniches rocheuses, les prés salés, les landes et marais atlantiques, les mares temporaires méditerranéennes… De nombreuses espèces végétales et animales de forte valeur patrimoniale sont liées à ces espaces : oiseaux d’eau nicheurs ou hivernants, plantes endémiques des falaises ou des sols salés… Ce patrimoine naturel riche est le support de nombreuses activités récréatives, sociales, culturelles et économiques (tourisme, pêche…).

Mais ces espaces et espèces sont soumis à de fortes pressions liées aux activités humaines. Les terres artificialisées couvrent des territoires de plus en plus importants en bord de mer et la densité de la population littorale ne cesse de croître. Les milieux naturels régressent sur toutes les façades maritimes et se retrouvent cloisonnés et isolés les uns des autres. Les regroupements d’oiseaux d’eau doivent, quant à eux, très souvent cohabiter avec l’homme, que ce soit sur terre comme sur l’estran où les activités humaines se multiplient.

 

D

éfinition


Les habitats sont des ensembles indissociables entre un biotope, ou station, et une biocénose ou communauté d’êtres vivants dont des espèces végétales spécifiques sont indicatrices et caractéristiques de l’habitat. Les habitats pris en compte dans cette fiche sont les habitats d’intérêt communautaire listés dans l’annexe 1 de la Directive Habitats , limités aux habitats côtiers (nomenclature EUR15). Ces habitats génériques ont été divisés en habitats élémentaires qui ont fait l’objet de cahiers d’habitats permettant de les caractériser et de les localiser sur le trait de côte. Les habitats côtiers sont soient marins, soient terrestres et liés à la présence de la mer : inondation et sols hydromorphes, présence de sel ou d’embruns, marées… Pour les habitats en mer sont pris en compte les étages supra-, médio- et infralittoral, jusqu’à 15-20 mètres de profondeur en moyenne.

Ces habitats côtiers élémentaires d’intérêt communautaire sont au nombre de 105. Ils sont répartis en trois catégories suivant la nomenclature Corine Biotope, elles-mêmes déclinées en 8 grands types d’habitats dans cette fiche (figurent entre parenthèses le nombre d’habitats élémentaires correspondants).

Habitats côtiers et végétations halophytiques
  • Eaux marines et milieux à marée (41)
  • Falaises et plages de galets (14)
  • Marais et prés salés atlantiques et continentaux (10)
  • Marais et prés salés méditerranéens et thermo-atlantiques (7)
  • Steppes intérieures halophiles et gypsophiles (1)

Dunes maritimes

  • Dunes maritimes des rivages atlantiques et de la mer du Nord (21)
  • Dunes maritimes des rivages méditerranéens (7)

Grottes marines

  • Grottes marines (4)

 

O

bjectifs


Cet indicateur permet de caractériser les différentes façades du littoral métropolitain en terme de diversité et de répartition d’habitats naturels en se basant sur les habitats côtiers d’intérêt communautaire de la directive Habitats. Parmi les questions auxquelles répond cette fiche : comment se répartissent les grands types d’habitats et les habitats élémentaires ? Les façades maritimes se distinguent-elles nettement et peut-on déterminer des secteurs plus riches en terme de diversité d’habitats ?

Fiches et informations complémentaires