Accueil > Fiches > Fiche “Le phytoplancton dans les eaux littorales métropolitaines de 2007 à 2012“

Le phytoplancton dans les eaux littorales métropolitaines de 2007 à 2012


Ifremer, 24/10/2014

Sous-thème : État biologique du milieu marin et littoral
Zone(s) géographique(s) : Métropole
DPSIR : Etat
Couverture temporelle : 2007-2012


C

ontexte


Le phytoplancton représente environ 50 % de la production primaire à l’échelle mondiale. Il est à la base des chaines alimentaires en domaine marin. Sa production dépend de nombreux paramètres comme les quantités de nutriments disponibles, l’éclairement, la température, les courants... Les développements importants de phytoplancton (bloom) se produisent souvent au débouché des fleuves ou dans les lagunes, où les conditions sont optimales. On dénombre jusqu’à plusieurs millions de cellules d’une même espèce par litre d’eau. Ces blooms peuvent avoir des impacts plus ou moins importants sur le milieu naturel ou l’homme. Certaines proliférations provoquent uniquement la coloration des eaux du fait de la présence de pigments chez plusieurs espèces. Dans les cas les plus graves, la dégradation de l’excès de matière organique produite implique une importante consommation d’oxygène et l’asphyxie de la zone concernée. Par ailleurs, la prolifération de phytoplancton peut modifier l’équilibre de la flore en faveur d’espèces libèrant des toxines. Elles peuvent être néfastes pour la faune mais aussi pour l’homme, s’il consomme des coquillages infectés, les coquillages se nourrissant surtout de phytoplancton. Il est donc intéressant de connaitre le phytoplancton marin, la répartition de ses blooms et des taxons dominants.

 

D

éfinition


L’observation des populations phytoplanctoniques (micro-algues) est assurée depuis 1984 par l’Ifremer dans le cadre du Réseau d’Observation et de Surveillance du Phytoplancton et des Phycotoxines (REPHY). L’un de ses objectifs est « la connaissance de la biomasse, de l’abondance et de la composition du phytoplancton marin des eaux côtières et lagunaires, qui recouvre notamment celle de la distribution spatio-temporelle des différentes espèces phytoplanctoniques, le recensement des efflorescences exceptionnelles telles que les eaux colorées ou les développements d’espèces toxiques ou nuisibles susceptibles d’affecter l’écosystème, ainsi que du contexte hydrologique afférent ». A cet objectif environnemental, s’ajoute un objectif sanitaire, avec la détection et le suivi des espèces phytoplanctoniques productrices de toxines susceptibles de s’accumuler dans les produits marins de consommation ou de contribuer à d’autres formes d’exposition dangereuse pour la santé humaine.

Toutes les espèces de phytoplancton reconnaissables au microscope optique sont identifiées et dénombrées, en cellules par litre, de façon régulière, toute l’année au moins une fois par mois, sur environ 50 sites de prélèvement répartis sur tout le littoral. Ces données acquises sur de longues périodes, permettent d’acquérir et d’améliorer les connaissances sur les grandes structures des populations phytoplanctoniques, par exemple l’évolution dans le temps des abondances globales et des phénomènes exceptionnels tels que les blooms (un bloom peut être défini de plusieurs façons. Ici on considère les occurrences mensuelles d’une concentration cellulaire supérieure à 100 000 cellules par litre, pour chacun des taxons dénombrés) ou bien la distribution géographique des espèces dominantes. Ce dispositif est complété sur environ 90 sites supplémentaires, par des observations également faites de façon régulière (toute l’année, au moins une fois par mois), sur une sélection d’espèces considérées comme cruciales, c’est à dire celles qui prolifèrent au moment de l’observation et celles qui sont susceptibles de produire des toxines s’accumulant dans les coquillages.

La surveillance des populations phytoplanctoniques et du contexte hydrologique permet de répondre aux obligations de la Directive Cadre sur l’Eau et aux conventions internationales telles qu’Ospar et la convention de Barcelone. Elle sera aussi mise à contribution dans le cadre de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin. Cette surveillance se double, par ailleurs, d’une composante observation plus spécifiquement dédiée aux questionnements scientifiques et à l’acquisition de données de biodiversité sur le long terme.

 

O

bjectifs


L’objectif de cette fiche est de présenter les principales caractéristiques des populations phytoplanctoniques du milieu marin littoral au travers de quelques exemples. Y a-t-il des variations importantes d’une année à l’autre en termes de proliférations ? Quelles sont les espèces les plus présentes sur le littoral ? Comment le phytoplancton contribue-t-il à une évaluation de la qualité des eaux marines ? Que sait-on des occurrences du phytoplancton toxique à l’origine de la contamination des coquillages ?